Visuel principal de l’article
Contenu national
Thème
Spiritualité
Commune
Loiret

C’est l’amour qui sauve !

Paragraphes de contenu
Ancre
0
Texte

On a fêté Noël avant l’heure. Trop d’impatience, sans doute ! Rendez-vous avait été donné ce mardi matin, 20 décembre, pour la « messe de la nuit de Noël », qui a donc été célébrée en plein jour (!) par l’aumônier du Secours catholique du Loiret, le père Claude Girault.

Comme les bergers avertis par l’ange, des bénévoles, des bénéficiaires et des salariés (dont le délégué et le président) ont rappliqué en nombre jusqu’à la crèche installée dans la salle du petit-déjeuner. Comment résister à cet appel venu du Ciel : «  Un enfant nous est né, un Fils nous a été donné » (Isaïe 9 1-6) ? Et Il est notre Sauveur.

Ils ont accouru en nombre puisqu’une cinquantaine de personnes ont ainsi participé à la messe, parfois « théâtralisée » en cours de catéchisme par le célébrant. Avec talent, le père Girault a, en effet, raconté de manière vivante l’histoire du Salut dont la naissance de Jésus est le signe le plus rempli d’espérance pour l’humanité. Et c’est donc avec joie et enthousiasme qu'a donc été chanté, à pleine voix, le « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes, qu’Il aime. »

Le père Girault a insisté : « Oui, Dieu nous aime, Il aime chacun de nous et c’est pour cela qu’Il nous sauve ! » Voilà pourquoi aimer et espérer à notre tour, malgré tout, malgré les galères. Voilà bien pourquoi existe le Secours catholique : montrer l’Espérance, aider à croire à la Lumière alors qu’on est dans le sombre d’une vie.

Le déjeuner qui a suivi la messe reflétait justement cette charité en acte, cette bienveillance amicale, cette espérance, cette communion partagée entre bénévoles et bénéficiaires. Rien que cela, c’était déjà Noël !  C'est ce que semblaient exprimer les visages des convives.

Auteur et crédits
Bruno Besson
Lire aussi